Porquerolles

Les Îles ont quelque chose de spécial. Nous y étions déjà allés et malgré cela nous nous sommes laissés séduire à retourner à Porquerolles. Le ferry à Porquerolles part de La Tour-Fondue, sur la presqu'île la Giens. Vous payez 9 EUR par personne.

Il y a peu ou pas de voitures sur l'île. Mais davantage de cyclisme. Le vélo encore plus que la marche est le moyen idéal pour explorer Porquerolles. Pour 14 euros vous louez un vélo à l'un des nombreux bureaux de location au ou autour du port (un tuyau: certains offrent une carte routière de l'île, de sorte que vous pouvez économiser les 3 euros que l'Office de Tourisme demande pour une carte indéchirable).

La carte ci-dessous donne une image approximative du «réseau routier» à Porquerolles. Les routes principales, marquées en rouge, sont des routes larges de gravier, les routes en noir sont légèrement plus étroites mais toujours praticables pour les cyclistes. La ligne jaune en haut de la carte (attention: le sud se trouve à la partie supérieure) est uniquement accessible aux promeneurs.

A la carte que nous avions achetée à l'Office de tourisme il y avait quelques circuits, qui toutefois n’étaient pas marqués sur le terrain. Cela n’est pas vraiment indispensable car vous arrivez toujours quelque part et les distances sont courtes (max 10 km de long et 2 km de large).

Les attractions classiques sur Porquerolles sont

  • le Phare à l’extrême Sud, qui n'est pas accessible au public, mais d'où vous avez une vue magnifique sur la côte Sud sauvage.
  • le Fort Sainte-Agathe, une forteresse juste au-dessus du port, également non accessible au public. Vous y avez une vue magnifique sur le port de Porquerolles, la presqu'île de Giens, la côte d’Hyères et le Massif des Maures.
  • le Moulin du Bonheur, qui doit son nom à une histoire d'un noble appauvri, qui, au début du XIXe siècle, cherchait une épouse et décrivit le moulin abandonné dans une annonce de mariage comme une « Villa à la Riviera »

Mais le plus beau à Porquerolles sont les plages de sable blanc où les eaux peu profondes obtiennent leur couleur bleue azur. En été, c'est un lieu bienaimé pour l’amarrage de yachts privés et de bateaux à voile et pour les adorateurs du soleil (à la plage). Début avril il n’y avait ni l’un ni l’autre. La plage était couverte de "tonnes" de déchets. Il semblerait que ce sont les herbes de mer desséchées qui sont jetées sur la côte au printemps, mais apparemment disparaissent de manière naturelle (par le soleil et le vent) lorsque l’été commence vraiment.